in

Test Phaser Ninety Orange de Mooer

Ninety Orange Mooer

Toutes les pédales d’effets ont été créés pour les guitares ou quelques fois les basses, mais elles ont été détournées par nombre de musiciens électro. Jean-Michel Jarre, par exemple, utilise la pédale de phaser Small Stone de 1974, dans son album Oxygène. Vous pouvez d’ailleurs voir le 1er test du Delay Ana Echo avec mon synthé analogique.

J’utilise moi-même des pédales pour mes compositions, avec mes synthés.

On trouve principalement des tests de pédales d’effets pour les guitares sur le Web, mais ici, sur Fraise Music, on parle surtout de synthés, donc mes exemples seront réalisés avec le Crave de Behringer. Mais ce sera la même chose avec n’importe quel autre synthé analogique ou numérique.

Je vais donc vous présenter ma pédale de Phaser, la Ninety Orange de chez Mooer, toujours dans le style Mooer, petite et simple, qui est une copie de la MXR Phase 90 :

Phaser Ninety Orange de chez Mooer

Ninety Orange Mooer

Tout comme l’Ana Echo, cette Ninety est en format mini avec un gros potard blanc. À la place des boutons de contrôle, on a un commutateur de son, Vintage et Modern, ce qui lui donnera une couleur un peu différente. Cette fonction n’est pas présente dans la version MXR, qui a juste un variateur de vitesse.

J’adore le Phaser et je l’utilise dans presque toutes mes compos, avec mes synthés ou ma boite à rythme Volca Drum. Ça donne plus de caractère et une ambiance un peu vaporeuse.

Les débuts du Phaser par Steve Reich

La méthode et le mot Phasing ont été inventés par les compositeurs Tedy Riley et Steve Reich dans les années 60. C’est certainement Terry Riley qui a utilisé la notion de déphasage entre deux bandes magnétiques le premier, à travers ses expérimentations sur les bandes magnétiques, notamment en France à la maison de la radio et l’ORTF.

Écoutez cette musique minimaliste de Steve Reich en 1965, avec deux magnétophones qui jouent à l’unisson au départ, mais se décalent petit à petit, pour former le déphasage, non voulu au départ par le compositeur.

Le son de la Ninety Orange

La pédale Ninety Orange est totalement analogique, elle crée donc un déphasage naturelle du son, sans qu’on perde en qualité et sans différence de volume notoire. Le résultat est assez rond et chaud, pas très prononcé entre 7 et 13 h. D’après ce que j’ai pu entendre de la MXR, le phasing de la Ninety est plus soft, donc bien comparer les deux avant achat.

Elle consomme que 5 mAh, en conséquence, c’est possible de la stacker avec d’autres pédales, mais aucune possibilité de pile, tout comme les autres Mooer compactes.

 

Voilà donc un test de la Ninety Orange, toujours avec mon synthé analogique Crave, d’abord en position Vintage (à partir de 7s), en tournant le potard de gauche à droite :

Et en position Modern :

On constate qu’il n’y a pas une grosse différence de rendu, pour ma part, je l’utilise plus en Modern.

pour environ 70€ neuve et moitié prix en occasion, cette petite pédale Ninety Orange fait bien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dan :

Passionné par les logiciels libres et la musique, je partage mes découvertes et mon expérience sur ce monde fascinant.

Sweet Moon

Spatialisez vos pistes avec le plugin gratuit Valhalla Super Massive